Touria Chaoui, première femme pilote du monde arabe

Longtemps oubliée, aujourd’hui Touria Chaoui est réhabilitée dans les livres d’histoire marocains mais pas uniquement. Cette pionnière au caractère fort et à l’intelligence rare a su marquer les esprits à une époque où les femmes qu’elles soient européennes ou maghrébines n’avaient pas encore le droit de vote.  Portrait

Touria Chaoui nait à Fès en 1936 au sein d’une famille bourgeoise, laquelle s’installe à Casablanca en 1948. Son père, Abdelwahid est un intellectuel. Journaliste d’expression française, acteur, metteur en scène, c’est aussi un nationaliste convaincu. Car le Maroc est alors en plein sous le régime du protectorat français. Dans l’entourage de la jeune Touria gravitent des personnalités telles que Allal El Fassi ou Ahmed Balafrej, qui œuvrent pour en finir avec la présence française. A ce titre, la famille Chaoui a déjà essuyé un attentat à la bombe visant sa villa. Imprégnée de ce qu’elle peut voir et entendre dans sa sphère, Touria révèle une personnalité forte et déterminée, ainsi qu’un esprit vif et curieux.

Soucieux de stimuler son esprit, son père la pousse à réaliser des choses qui, dans la société marocaine d’alors, sont autant de signes d’une éducation d’avant-garde. Ainsi de ce concours littéraire auquel il l’encourage à participer ou de ce film, « La 7ème porte », où elle apparaîtra dans un petit rôle à ses côtés.

Une passion précoce et une détermination étonnante

Lorsqu’à 14 ans elle déclare vouloir passer son brevet de pilotage, son père la soutient. Le fait même que la seule école d’aviation ( l’Ecole des Ailes chérifiennes de Tit Mellil) soit réservée à l’élite française et masculine, ne les fait pas douter.

Accueillis fraîchement, le père et la fille finiront par arracher une inscription.

Sa formation est semée d’embûches. Ainsi de cet examen final consistant en un vol solo, réalisé un jour d’orage violent, que la direction n’a pas souhaité déplacer.

En 1951, forte de sa persévérance, Touria décroche à l’âge de 16 ans son brevet de pilote, et devient la première femme pilote du monde arabe. Le Maroc entier découvre alors son visage, et le Sultan Mohamed ben Youssef la reçoit au palais royal pour la féliciter. La presse internationale s’en fait l’écho. Des associations de femmes la sollicitent pour venir parler en faveur de l’éducation des filles. Touria s’engage dans des activités féministes et militantes.

La famille apprend être sur la liste noire des autorités françaises et se réfugie un temps en Espagne. Leur retour au Maroc coïncide avec celui du Sultan, rentré d’exil, fin 1955. En ce moment de joie populaire, Touria effectue un survol du palais royal en signe de bienvenue, balançant des tracts en faveur de l’indépendance du Maroc.

De la renommée à l’oubli

Le Maroc sera indépendant quelques mois plus tard le 2 mars 1956.

Quant à elle, elle ne le verra pas, assassinée dans sa voiture à bout portant devant son petit frère le 1er mars, c’est-à-dire la veille de l’indépendance. Elle a 20 ans.

Le crime ne sera jamais élucidé officiellement. Crime passionnel ? Crime politique, perpétré à cause de ce qu’elle représentait en matière d’émancipation des femmes ? La vérité, réclamée par les milliers de Marocains sous le choc, accompagnant le cortège funèbre, ne viendra pas. L’histoire l’a oubliée pendant des décennies. Les manuels scolaires marocains n’en ont guère parlé. Ces dernières années, des auteurs et des chercheurs ont commencé à réhabiliter sa mémoire. Son petit frère Salah Eddine Chaoui a écrit un livre : « Ma sœur Touria, première aviatrice du monde arabe. »

Si à Clermont Ferrand une rue porte son nom depuis 2014, il faudra attendre encore un peu pour voir Salé, Casablanca, Berkane et El Jadida lui rendre hommage.

Ainsi, chacun peut désormais au détour d’une rue, s’interroger sur cette jeune femme pionnière, en avance sur son temps, qui réussit contre tous les pronostics, à saluer les étoiles.

Hayat Belhaj

2 réflexions sur « Touria Chaoui, première femme pilote du monde arabe »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :