Les métaverses, un monde futuriste pour nous rapprocher ou nous disperser?

Le 28 octobre 2021, le géant Facebook change son nom en META. Marc Zuckerberg, propriétaire de Facebook, Instagram, WhatsApp et de la société de réalité virtuelle Oculus, ne cherche pas uniquement à contrôler notre consommation en termes de publicités et faire de nous un produit. Aujourd’hui, il annonce qu’il a l’intention de régir et contrôler tous les aspects de notre vie : notre relation au travail, à l’école et à l’université, nos loisirs (du cinéma en passant par le sport aux jeux …), en monétisant tous ces aspects aux moindres détails. Les métaverses, qu’est-ce que c’est ? Un monde futuriste ? Est-ce un projet lointain ou proche ? A quel avenir faut-il s’attendre ? Pourquoi en parle-t-on maintenant ? Faut-il s’en inquiéter ou s’en réjouir ? Quel futur pour nos enfants ? Quels bénéfices pouvons-nous en tirer ? Ce sont à toutes ces questions auxquelles nous allons tenter de répondre !

Qu’est-ce qu’un métavers ?

Le métavers trouve son étymologie dans la langue grecque : Méta qui se traduit par « au-delà » et Vers pour l’« univers », Au-delà de l’univers. Ce terme métavers fut utilisé pour la première fois par Neal Stephenson dans son livre Snow Crash en 1992. Pour citer Neal Stephenson« le métavers est une invention de ma part, qui m’est venue à l’esprit quand j’ai réalisé que les mots existants (comme « réalité virtuelle« ) étaient trop maladroits pour être utilisés. »[1] Selon Wikipédia, un métavers (de l’anglais metaverse, contraction de meta universe, c’est-à-dire méta-universest un monde virtuel fictif. Le terme est régulièrement utilisé pour décrire une future version d’Internet où des espaces virtuels, persistants et partagés sont accessibles via interaction 3D.  Une définition différente considère « le métavers » comme l’ensemble des mondes virtuels connectés à Internet, lesquels sont perçus en réalité augmentée. On comprend donc que le métavers inclut la notion d’intelligence artificielle, d’un mode virtuel avec du gaming, des rencontres et l’utilisation d’une monnaie virtuelle. 

Immersion sensorielle et olfactive

Le métavers fait appel au moins à deux sens jusqu’aux cinq permettant ainsi une immersion sensorielle et olfactive. On entrevoit dans cet univers, un monde où des milliers voire des millions de gamers peuvent interagir et jouer ensemble, dans une même plateforme ; il est possible d’essayer des vêtements dans la boutique de notre choix grâce à notre avatar, une figure virtuelle personnelle, personnalisée et personnalisable qui possède toutes nos caractéristiques et nos mensurations permettant ainsi de représenter son utilisateur au mieux conformément à la réalité ; l’école et les formations peuvent se donner à distance tout en contrôlant la présence des étudiants : le métavers connecté à l’étudiant permettrait au formateur de vérifier que la personne suit bien le cours grâce à ses mimiques, son comportement comme dans un cours en présentiel ; il est possible de combiner le jeu et la pratique de sport ; il n’est pas vraiment possible d’utiliser la monnaie telle que nous la connaissons ; …

Le métavers, un monde futuriste ?

En réalité, les métavers existent depuis déjà une décennie. Par exemple, on le retrouve dans les sensations fournies par le casque Oculus (créé en 2010 par Marc Zuckerberg).

Alors pourquoi entendons-nous plus parler de métavers aujourd’hui ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène :

  1. Facebook a changé de nom et le monde cherche à en connaître les (vraies) intentions.
  2. Aujourd’hui, il y a une réalité telle que la technologie avance. Cependant, cette avancée ne concerne pas uniquement les métavers. On peut prendre comme exemple l’annonce d’Apple qui entreprend de créer une voiture 100% autonome. « Selon plusieurs informations récentes, le géant aurait effectué des avancées décisives dans son « Projet Titan ». Il aurait notamment mis au point l’essentiel de son processeur. Il viserait désormais 2025 pour le lancement de son Apple Car, qui éviterait toute interaction humaine. Mais les défis restent nombreux. »[2]
  3. Enfin, la raison principale et non des moindres est que la dernière pièce du gros puzzle est enfin accessible : La BLOCKCHAIN ; elle rend ainsi l’environnement du métavers plus interactif.

Qu’est-ce que la blockchain et pourquoi est-elle importante dans le métavers ?

La blockchain est un écosystème, « une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne. »[3] Ainsi, la blockchain assure une transparence parfaite de toutes les transactions numériques échangées (dans les jeux par exemple, dans les achats) ; elle permet de créer un monde ouvert à tout le monde : les frontières géographiques n’ont pas d’importance ; elle permet de créer un monde virtuel sans aucune discrimination ; elle confère au métavers une notion de rareté et d’unicité.

Quel avenir nous promet le métavers ?

Il ne s’agit pas de donner une réponse claire et franche à cette question. Et en réalité, il n’est pas certain d’en trouver car la réponse est fortement nuancée. Au même titre, on peut se poser la question suivante : Quel avenir nous a promis la technologie d’internet ? Il faudrait donc faire un bilan pour répondre à cette question mais nous nous accorderons tous sur le fait qu’Internet a apporté son lot de bénéfices et d’inconvénients. Internet fut et est source de joie et plaisirs comme certains peuvent dire qu’il est source de malheurs. Néanmoins, la question est de se demander ce que chacun est capable d’en tirer de bien.

Métavers, quel danger ?

Le danger indéniable à ce projet est d’accroitre en l’homme la consommation générale : les joueurs actuels seront des plus grands joueurs puisqu’ils seront (mieux) rémunérés; mais aussi l’isolement : le métavers prône un monde où il n’est pas nécessaire de se voir physiquement ; la dépression ; une consommation moins écologique puisque les métavers utilisent la blockchain qui elle-même coûte énormément en termes d’énergie; une plus grande distraction ; une plus grande « perte de temps » ; une perte de contrôle éducationnelle : un enfant peut plus facilement sombrer dans les occupations des métavers et perdre le contrôle de ses envies. Les parents doivent être encore plus vigilants que pour l’utilisation simple d’internet. Ils doivent être encore plus attentifs à la diminution de la concentration ;[4] et enfin, une augmentation du temps d’écran ; …

Métavers, quel bénéfice?

A côté de ce danger, nous pouvons reconnaitre certains avantages tels que :

  • Une amélioration dans la qualité des jeux qui deviendraient bien plus interactifs et immersifs ;
  • Une amélioration dans l’accessibilité de l’enseignement : en effet, dans les pays du tiers monde, les personnes qui ne peuvent pas s’octroyer des études au sein des établissements classiques pourront suivre des formations plus accessibles ;
  • Une réduction du fossé éducationnel entre riches et pauvres ;
  • Une immersion et une meilleure pratique linguistique : les utilisateurs des métavers seront amenés à choisir une ou plusieurs langue(s) commune(s) partagée(s) par tous pour discuter ;
  • Un meilleur échange interculturel ;
  • Une génération mieux formée ce qui permettrait une plus grande avancée technologique et donc une accélération dans le progrèsà un cercle vertueux …

Enfin, on peut ainsi conclure que comme pour toute chose, il est possible de tirer des bienfaits comme il est possible d’en faire un mauvais usage. L’essentiel est d’être conscient du danger potentiel et d’en exploiter au mieux les ressources du projet. La technologie d’internet en est un bon exemple. A l’image de l’utilisation d’un couteau qui permet à son utilisateur de couper la viande pour se nourrir ou de tuer avec, les métavers promettraient de belles avancées tout comme ils annoncent de grands dangers. La remise en question de l’utilisateur est primordiale et est toute aussi importante que la remise en question du projet métavers en tant que produit. Il faut donc s’octroyer un temps de préparation pour accueillir le métavers.

Nelm


[1] https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/09291016.2019.1620487


[2] https://blockchainfrance.net/decouvrir-la-blockchain/c-est-quoi-la-blockchain/

[3] https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/comment-apple-avance-a-grand-pas-vers-une-voiture-electrique-et-100-autonome-1365949

[4] https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tavers#cite_ref-4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :