Être riche sans travailler

« Le patrimoine des 1 % les plus riches de la planète devrait dépasser celui des 99% restants (…).» Pire, « 62 personnes possèdent autant que la moitié de la population mondiale » (soit 3,5 milliards de personnes). Le fossé entre riches et pauvres s’est encore plus accentué avec la crise covid : les pauvres sont encore plus pauvres et les riches sont encore plus riches. De plus en plus de personnes ne se reconnaissent plus dans ce modèle financier et décident de s’en affranchir mais peut devenir libre financièrement et surtout comment acquérir cette liberté financière?

Une personne est libre financièrement à partir du moment où elle peut continuer à avoir le même train de vie et à ne pas vivre dans le besoin, et ce même après sa retraite. Le fait de ne pas avoir trop de doutes par rapport à son avenir permet de prendre des décisions qui collent à ses choix personnels.

Dans cet article, nous allons principalement nous intéresser aux facteurs à développer pour atteindre la liberté financière :

Avant toute chose, toute personne doit se connaître et connaître son ADN financier. Elle doit adopter un esprit critique tout en continuant de s’éduquer et de ne pas laisser son cerveau se reposer. Elle doit lutter contre la procrastination, se fixer un objectif long terme et se munir des meilleures armes pour s’affranchir de ses contraintes financières. Ceci n’exclut pas la prise de risques mesurés.

1.     L’éducation conventionnelle ET non conventionnelle

Le fossé entre riches et pauvres s’est encore plus accentué avec la crise covid : les pauvres sont encore plus pauvres et les riches sont encore plus riches.

Et la Belgique n’a pas été épargnée : « Le pourcentage des personnes disposant d’un patrimoine global de plus d’un million de dollars (étude du Crédit Suisse) est très faible, soit 3% de la population adulte belge. »

« La Belgique comptait l’an dernier 133.600 millionnaires en dollars, contre 132.700 en 2019. Soit une très légère croissance de 0,7% alors que le PIB du pays s’est, quant à lui, effondré de plus de 6% l’an dernier suite à la pandémie ».

Pourquoi les inégalités explosent aujourd’hui ?

Le célèbre économiste français Thomas Piketty justifie ces inégalités en évoquant deux raisons principales.

« La première raison est la mondialisation de la Chine sur le marché mondial du travail et de nombreux travailleurs peu qualifiés qui ont tiré les salaires vers le bas dans les pays riches. Les grandes victimes sont généralement les personnes les moins bien formées. Les riches ont su tirer profit de cette situation en plaçant leur argent sur les places financières les plus rentables.

La deuxième raison d’inégalité réside dans le fait que le système éducatif de qualité est réservé aux enfants des personnes les plus riches.

Par exemple, le revenu moyen des parents d’étudiants à Harvard correspond actuellement au revenu moyen des 2% des Américains les plus aisés.»

Néanmoins, il convient de souligner qu’aujourd’hui, internet nous offre de grandes opportunités éducationnelles et de qualité. Le plus grand défi est de savoir reconnaitre les bonnes formations des mauvaises.

Le cursus des formations non conventionnelles permet de tirer un meilleur profit d’internet, de gérer mieux son temps, de s’adapter aux nouvelles technologies et d’éviter le déclassement.

2.     Déterminer son ADN financier :

L’affranchissement de ses contraintes financières passe avant tout par une introspection et une remise en question de ses acquis, de ses modèles de pensées et de l’héritage reçu. Il s’agira alors de garder les éléments pertinents et de se défaire de ceux qui ne le sont pas. Ils constituent des connaissances limitantes.

De nombreux parents ont encouragé et encouragent leurs enfants à faire de longues études, à obtenir un diplôme qui permettrait d’avoir une garantie de confort de vie et même permettrait d’accéder à la richesse…

Mais très peu de ces étudiants deviennent riches grâce à leurs études et à leur(s) diplôme(s). Les études ne sont pas une fin mais un moyen.

A contrario, celui qui n’a pas fait d’études ou qui considère ses études comme étant accessoires, va essayer de s’en sortir autrement. Il n’aura pas peur de prendre des risques et de créer son entreprenariat car pour lui, il n’a « rien » à perdre. Que se serait-il passé si Steve Jobs n’avait pas pris de risques ? Que serait devenue Tesla sans l’ambition démesurée d’Elon Musk ?

Les études ne sont donc pas un gage de réussite financière : elles peuvent y contribuer.

3.     L’esprit critique, un outil indispensable

En outre, une étude a récemment démontré que les étudiants d’université avaient un sens de la critique très limité.

Dès lors, pouvons-nous nous demander s’il existe une corrélation entre l’esprit critique que l’école n’enseigne pas assez et la liberté financière ? L’un des hommes les plus riches au monde, Warren Buffet, dit sur le fait de penser par soi-même :

« Vous devez séparer votre opinion de celle de la foule. Les comportements grégaires conduisent les cerveaux à la paralysie. Les études complexes et les écoles de commerce récompensent la complexité au détriment de la simplicité. Dans les faits, la simplicité est presque toujours plus efficace. »

La remise en question de son éducation passe avant tout par la remise en question de sa propre personne et de son ego.

En effet, l’humilité et la modestie sont les clés de l’esprit critique car ce sont elles qui nous permettront de déconstruire pour mieux reconstruire.

4.     La procrastination destructrice de l’ascension

Une étude a démontré que certaines qualités et traits de caractère permettent de lutter contre la procrastination tels que :

  • L’ouverture aux autres, la curiosité, l’imagination, et … les aptitudes intellectuelles et scolaires ;
  • La compassion et la coopération aux autres ;
  • L’extraversion au sens de l’ouverture à autrui et de curiosité, la faim de toujours apprendre ;
  • La rigueur: ce dernier trait fait appel au sens de l’engagement, au respect du planning et des délais, à la mise en place d’une structure, à l’atteinte de ses objectifs fixés préalablement avec motivation.

5.     L’objectif ultime et généreux :

Pour devenir libre financièrement, il faut avoir une vision claire et puissante inscrit dans du long terme.

L’objectif final doit être décortiqué en plusieurs sous-objectifs de façon à ne pas se décourager dans l’accomplissement des tâches.

Une étude réalisée sur les millionnaires a prouvé que 50 % des millionnaires avaient recours à des budgets et planifiaient leur avenir.

L’atteinte de l’objectif est grandement facilitée s’il est combiné au don. Il doit être centré sur le partage et la générosité et avoir une empreinte altruiste.

Selon une étude, en 2019, la générosité en France représente 8,5 milliards d’euros dont 3,5 milliards pour les entreprises. Les dons des entreprises représentent donc 41 % de la générosité en France.

Sortez donc de votre sentier battu, écrivez votre histoire d’une plume persévérante et motivée et fixez-vous votre objectif humblement, une histoire où seul vous êtes le héros du livre, où vous êtes l’inspirant et l’inspiré. Fixez-vous un objectif et n’hésitez pas à prendre des risques. Ecrivez vos erreurs, celles qui vous permettront de vous relever, de grandir et d’avancer de plus bel.

Accomplissez votre destinée avec motivation et persévérance et soyez la cause de votre réussite. Donnez-vous les moyens pour atteindre votre fin.

Nelm

Pour en savoir plus:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :