Vers un effondrement des grandes puissances mondiales : le nouvel ordre mondial 

Selon l’OCDE, la Chine, l’atelier du monde, serait la première puissance mondiale suivie de l’Inde qui verra sa population se multiplier par 8 en 2060 par rapport à celle de 2011. Les Etats-Unis seraient en 3ème position. Quant à la zone euro, la part de son PIB mondial passerait de 17% en 2011 à 9% en 2060, soit une baisse de 47% ! Cette perte de vitesse des pays européens serait due à une augmentation de dépenses publiques et dettes publiques et à une population vieillissante. Quelle sera la cause de cette chute ?  La question est d’autant plus pertinente que nous savons que toute grande puissance dans le passé a connu sa fin : les puissances romaine, grecque, française, perse, arabe, britannique, andalouse et d’autres… toutes ont vu leur déclin. Qui osera défier l’oncle Sam et le renversera de son trône?

Lors de notre dernier article, nous avions conclu en nous posant quelques questions sur l’ordre mondial des grandes puissances et son évolution.

Nous avions dressé un état des lieux et nous avions constaté que le système du monde est de plus en plus fragile et que sa sécurité est fortement menacée.

Ces dernières années ont été traversées par plus d’évènements marquant l’histoire avec un grand H que celles des dernières décennies tant est si bien que nous assistons à des prémices de changements du leadership mondial.

Alors que les pays occidentaux, plus particulièrement les Etats-Unis et l’Europe, dominaient le monde, aujourd’hui, ces derniers sont littéralement méprisés par des pays qui auparavant étaient regardés de haut. Serait-ce la fin d’une série où les Américains étaient les acteurs principaux se faisant passer pour des héros ? Pas très braves, plutôt narcissiques, et souvent vaniteux… ces acteurs « héroïques » sont à la fois les producteurs et scénaristes d’épisodes de guerres où l’on comprend très vite que les méchants sont en réalité des victimes parmi tant d’autres…

Souvenons-nous de l’exécution de Saddam Hussein jugé par les USA et l’Europe comme « terroriste et complice d’Al Qaida ». Cette accusation fortement remise en cause et condamnée est née juste après qu’il ait demandé d’être payé pour le pétrole irakien par une autre monnaie que le dollar et qu’il ait invité d’autres chefs d’Etat détenteur de pétrole à faire de même. La puissance américaine s’est sentie menacée et ce n’était ni la première ni la dernière fois.[1]

Des exemples d’« interventions militaires » sous de faux prétextes des Occidentaux ne manquent pas dans l’histoire des films d’horreur américains où l’avidité et la cupidité sont les moteurs clés de leurs crimes et où les plus grandes pertes sont davantage humaines : Haïti, guerre du Vietnam, d’Iran, du Brésil, d’Irak, du Venezuela, la tentative d’assassinat du président Turc Erdogan…

Aujourd’hui, les Occidentaux ont en face un adversaire qui ne faiblit pas devant les menaces américaines et européennes. La Russie connait son adversaire et semble savoir quand et où donner les meilleurs coups pour défendre des valeurs chères à sa patrie et des principes qu’elle a toujours défendus et qu’elle a inscrits noir sur blanc dans des traités pensant que les Occidentaux ont une parole d’honneur.

Déterminée, la Russie balade ses rivaux et s’amuse à leur retourner leurs propres sanctions leur rappelant froidement (au sens propre comme au sens figuré) qu’ils n’ont pas à s’immiscer dans ses affaires « familiales ».

Elle dénigre les Occidentaux en créant des alliances avec d’autres rivaux tels que la Chine et elle met à terre leurs marchés financiers dans sa globalité. La Russie semble avoir contribué à la récession économique européenne et américaine.

Mais c’est alors que nous assistons à d’autres phénomènes curieux venant d’autres horizons…

Un nouveau vent souffle d’ailleurs…

  • La Chine constate l’affaiblissement des Etats-Unis qui semble être à l’image de son dirigeant actuel. Comme la Russie pour l’Ukraine, elle n’a jamais caché ses ambitions de « récupérer Taiwan » très défendue par les USA. Osera-t-elle franchir le pas comme la Russie et risquer de mettre à mal son essor économique croissant qu’elle a connu ces dernières décennies ? (Bien que ces derniers temps, la crise ne l’a pas épargnée non plus)[2] ;
  • L’Arabie Saoudite devient de plus en plus forte[3] et décline sans compromis les demandes des Etats-Unis de plafonner les prix du pétrole.[4] Elle a contribué au rachat de la dette américaine bénéficiant de taux d’intérêts intéressants. Aujourd’hui, comme le pétrole se fait de plus en plus rare et reste toujours un besoin pour l’énergie mondiale, l’économie saoudienne est en plein essor. Ainsi l’OPEC, dans son ensemble, refuse les nombreuses doléances des Etats-Unis.
  • La Turquie entretient de « bons » rapports avec la Russie, au détriment des Occidentaux et des Américains…[5]
  • Israël a voté contre les sanctions contre la Russie[6]

Devant une Amérique qui auparavant était vue comme un leader mondial, aujourd’hui les chefs d’états n’ont pas peur de montrer leurs oppositions.

Alors que l’Europe fut, jadis, au sommet avec les USA notamment grâce aux trente glorieuses (1945-1975), aujourd’hui, elles sont vues comme les grandes pleureuses.

Si toutes les puissances ont vu une fin, pourquoi l’Occident en serait-il épargné ? Si nous ne pouvons pas encore constater la fin de leur hégémonie, nous pouvons franchement parler d’un affaiblissement important de ces puissances. Par qui, par quoi seraient-elles remplacées ? Quelles seront les ambitions de ces futures puissances ?

Qui seront les grands gagnants et les grands perdants des dernières crises ? Avons-nous de bons candidats pressentis au poste tant convoité ?  

Selon l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), en 2060, la Chine, l’atelier du monde, serait la première puissance mondiale suivi de l’Inde. Les Etats-Unis seraient en 3ième position.[7]

Quels seraient les facteurs contribuant à la montée de ces futures puissances ?

  • Pour la Chine, le facteur favorisant sa montée serait l’avancée en innovation technologique qu’elle fait et ses exports de productions vers le monde entier. Il fut une période où le monde riait des produits chinois. Personne ne se doutait que la Chine était en train de bâtir un empire.

Il faut néanmoins souligner que sa démographie constituée de personnes âgées pourrait poser un frein au maintien de sa croissance économique. L’OCDE ne prévoit aucune évolution de PIB chinois entre 2030 et 2060.

  • A l’inverse, l’Inde aurait comme atout majeur une main d’œuvre croissante, un taux de natalité toujours élevé et donc une propension importante de population active dans le marché de l’emploi. Grâce à ces paramètres, l’Inde aura un PIB multiplié par 8 entre 2011 et 2060 et pèsera 18% de la part mondiale en 2060 (contre 7% en 2011).

Comme le montre l’OCDE, en 2060, presque 50% (46%) du PIB mondial serait détenu par l’Inde et la Chine.

  • Pour les mêmes raisons démographiques, les pays en voie de développement d’Afrique ainsi que l’Arabie Saoudite voleront une part importante du PIB mondial à l’Europe et aux USA qui verront leurs dépenses publiques et dettes augmenter.

L’Amérique reste à la pointe des technologies et des recherches. Nul doute qu’elle peut encore reprendre à tout moment le contrôle de ces tendances. Ne l’a-t-elle pas déjà prouvé dans le passé, à maintes reprises, en éliminant tout obstacle sur son passage ? Si l’OCDE ne fait que spéculer (sous certaines conditions) sur un hypothétique ordre mondial en 2030 et en 2060, le commun des mortels est forcé de constater des faits qui contribuent à un changement dans ce sens.

L’Histoire est cyclique : des puissances s’éteignent pour que d’autres naissent…

Nelm


[1]https://www.lorientlejour.com/article/324042/Saddam_Hussein_est_une_menace__-_pour_les_E-U%252C_estime_Bush_-.html

[2] https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2022/08/19/entre-la-chine-et-taiwan-un-potentiel-conflit-difficile-a-predire_6138462_4355770.html

[3] https://www.eiu.com/n/saudi-arabia-set-to-be-the-worlds-fastest-growing-major-economy/

[4] https://www.foxbusiness.com/economy/opec-refuses-increase-oil-output-us-release-reserves

[5] https://www.lesechos.fr/idees-debats/livres/turquie-et-russie-des-ennemis-tres-amis-1732645

[6] https://www.lefigaro.fr/flash-actu/ukraine-israel-ne-permettra-pas-le-contournement-des-sanctions-contre-la-russie-20220314

[7] https://www.oecd-ilibrary.org/fr/economics/data/perspectives-economiques-de-l-ocde-statistiques-et-projections/perspectives-macro-economiques-a-long-terme-scenario-de-reference-no-109-edition-2021_e303b14b-fr?parentId=http%3A%2F%2Finstance.metastore.ingenta.com%2Fcontent%2Fcollection%2Feo-data-fr